Huangdi

Yang shen

Depuis l’antiquité, la civilisation chinoise a développé une médecine globale basée sur une attitude prioritairement préventive, c’est pourquoi elle accorde une place privilégiée à la diététique qu’elle considère comme un préalable incontournable à l’entretien de la vie.
Des ouvrages, tels que le Suwen, dont la rédaction a été attribuée au mythique Empereur Jaune, 5 siècles avant J.C. insistent sur le rôle fondamental de l’alimentation pendant la grossesse. De fait, pendant sa vie fœtale, l’enfant est entièrement dépendant de sa mère pour se nourrir et se développer. Une nourriture bien choisie va donc contribuer autant à la bonne santé de la femme qu’au développement harmonieux de son fœtus.

Les grands principes nutritionnels proposés à la femme enceinte dans la tradition chinoise tiennent compte des modifications énergétiques en lien avec les étapes du développement fœtal. Mais les recommandations vont bien au-delà de simples propositions d’ordre alimentaire. « Yang Sheng » qui peut se traduire par « Nourrir la vie » représente pour les chinois, tout un art de vivre, regroupant des techniques millénaires issues d’une véritable culture de la santé, dans le respect de l’environnement et la constitution de chacun. Yang Sheng englobe en effet plusieurs pratiques comme la respiration et le Qi Gong (gymnastique traditionnelle), la diététique, les massages ou bien encore la philosophie Taoïste. J’ai exploré les principales recommandations de cette tradition de « nourrir la vie » afin d’en extraire l’essentiel et l’adapter sans la trahir à notre culture occidentale. Dans un premier temps, je vous propose quelques généralités concernant les bases de la pensée chinoise, ce qui me semble indispensable pour comprendre la sagesse mais aussi la complexité de cette merveilleuse tradition médicale.

…Le sage ne traite pas une maladie déclarée :
Il guérit alors qu’il n’y a pas encore de maladie.
Il ne traite pas un trouble avéré
Mais le prévoit avant sa manifestation.
Voilà, au fond, ce qu’on doit comprendre :
A l’heure actuelle, on prescrit des drogues
Quand la maladie est bien établie,
On traite les troubles lorsqu’ils se manifestent.
C’est creuser le puits quand vient la soif.
C’est forger les armes après avoir déclaré la guerre !

Nei Tching Sou Wen (Nei Jing Su Wen) traduction J-A LAVIER, extrait du chapitre « L’accord sur les influx saisonniers »

Patricia Duchateau s’est inspiré de yang shen en écrivant Nourrir la vie

Ce livre vous intéresse ?

Passez commande dès maintenant,
vous le recevrez dans 4 à 7 jours

Acheter maintenant

Partager ce contenu

adm-centonYang shen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *